Chexbres et ses origines


 
L'origine du nom de Chexbres se prête à différentes versions. En 1079, Carbarissa fait son apparition provenant, selon trois hypothèses, soit du romain Chibriacum (d'un noble romain nommé Cabrius), soit du gaulois Caebre (endroit sur la colline), ou encore de l'étymologie Cabus (chanvre). Le nom Chebri apparaît entre 1131 et 1454. Puis au XVIe siècle, Chaybres se transforme définitivement en Chexbres. Quant aux habitants, on n'a jamais su si ce sont des chexbriens ou des chexbrisiens. Selon un ouvrage du XIXe siècle, qui traite d'antiques traditions orales, ils étaient communément appelés "les chats".

Les armoiries actuelles sont celles des mayors de Chexbres (XIIe et XIIIe siècles), "d'azur à la croix d'or, chargées de cinq roses de gueule", c'est un harmonieux amalgame des armes des suzerains successifs: Abbaye de Saint-Maurice, Royaume de Bourgogne et Evêché de Lausanne.


Des vestiges romains, découverts à l'Est du village, laissent supposer que les origines de Chexbres sont très anciennes. Selon une chronique de l'évêque Marius, elles remonteraient en l'an 563, lorsque le puissant Mont -Tauretunom, situé en Valais, s'effondra avec une telle violence qu'il écrasa maints villages avec tous leurs habitants. Le Lac Léman en fut si secoué qu'il déborda sur ses deux rives, submergeant de très anciens villages, ainsi que population et bétail. Les rescapés de cet effrayant cataclysme se réfugièrent alors sur des hauteurs plus sûres: aujourd'hui Chexbres et Rivaz.
A cette époque, le village dépendait de l'Abbaye de Saint-Maurice. De 978 jusqu'en 1079, Chexbres passa au Royaume de Bourgogne. En 1080, il fut donné à l'évêque de Lausanne par l'empereur Henri IV. Dès lors, on le compta au nombre des biens de l'évêché jusqu'en 1536. Pendant cette période de près d'un demi-millénaire, les moines circulèrent et exercèrent leur influence sur la contrée. Sur les coteaux surplombant le lac, les vignes apparurent. En 1384 on trouve à Chexbres, sinon une organisation communale proprement dite, du moins un groupe important de particuliers ayant certains intérêts communs. Le 11 novembre de cette année-là, Gui de Prangins, évêque de Lausanne, remit en effet à cens perpétuel, à trente-huit chefs de familles nominativement désignés un chesal (petite maison) et un four neuf, situés dans ce village de Chebri, au lieu dit "En Clos", près du chemin public tendant à Rivaz. En 1536, le Pays de Vaud est occupé par les Bernois et les biens épiscopaux saisis. L'évêque est remplacé par un bailli et la Réforme est imposée avec vigueur. Dès 1543, la communauté de Chexbres est solidement organisée: elle a son assemblée générale du village, un conseil et un gouverneur ou syndic. En 1808, Chexbres se détache de la grande commune paroissiale de St-Saphorin pour former une commune autonome. Parmi les familles bourgeoises de Chexbres on trouve les noms de Légeret, Dénéréaz, Conne, Grandchamp, Barbey, Chevalley, Pauchon.